Daily Pantoum

Accueil // Daily Pantoum // Blog // [Critique] le nouveau de Childish Gambino
22 Déc
2016

[Critique] le nouveau de Childish Gambino

Par Vincent Cossette // Blog

La critique de la troisième galette disruptive pour Childish Gambino, alias Donald Glover, par Jason Béliveau.

Troisième galette disruptive pour Childish Gambino, alias Donald Glover, après les clivants Camp (2011) et Because the Internet (2013). Fort d’une production spacieuse et étagée, gracieuseté de Ludwig Göransson, fréquent collaborateur de Gambino, Awaken fait la part belle à un funk psyché et furieux (Boogieman, la trop courte Riot, accompagnée par des membres de Parliament-Funkadelic, dont George Clinton). Ces morceaux sont entrecoupés de coulées caramélisées à la soul, plus ressenties et sincères (la bête noire de Glover, qui se sait futé), dont la touchante Baby Boy, écrite à son fils récemment né

Habité par les fantômes de Prince, Michael Jackson et James Brown, pigeant dans le sac à surprises des meilleurs toujours vivants (Al Green), Glover shake de la luette à s’en faire des nœuds, même si les registres explorés révèlent parfois les limites de sa voix.  Coup de cœur à cet effet pour le langoureux simple Redbone, que d’aucuns ont d’ores et déjà, il va sans dire, glissé dans leur liste de lecture « Tinder date ».

Si on peut lui reprocher de s’en tenir à un exercice de révérence de la musique noire seventies, Gambino accouche avec Awaken, My Love! d’un album à la mesure de ses ambitions déferlantes (il a également produit, écrit et réalisé cette année la première saison de la série Atlanta sur FX). À écouter mélancoliquement en regardant la neige s’accumuler sur les rebords de vos fenêtres.

 

Morceaux de choix : Me and Your Mama, Redbone, Baby Boy

 

Childish Gambino – Awaken, My Love!

2016 – Glassnote Entertainment Group LLC

7,5/10

À propos de l'auteur

Vincent Cossette