Daily Pantoum

Accueil // Daily Pantoum // Blog // Un entretien avec Fred Nelson
29 Juin
2016

Un entretien avec Fred Nelson

Par Daniel Hains-Côté // Blog // Étiquettes : , , , , , ,

Daniel Hains-Côté discute de six cordes et de motivation avec l'artiste folk de Québec

Cette semaine, on jase avec un secret bien gardé, varié et intéressant de la scène musicale de Québec : Fred Nelson.

Parle parle jase jase dirait Keith Kouna.

 

Parle-moi un peu du parcours musical de Fred Nelson. Est-il né dans un ‘case’ de guitare? 

Mon parcours musical est né dans un sous-sol à Lauzon lors de mon jeune temps hippie, il y a environ 18 ans. J’ai sauté derrière une batterie et c’est comme si je savais en jouer. C’était comme facile! Sans prétention. Par contre, la guitare me semblait beaucoup plus facile à transporter en voyage sur le pouce alors j’ai choisi la guitare. Je n’ai jamais repris ou appris une pièce de quelqu’un d’autre. Pour moi, c’était une forme d’expression dont on m’avait donné le privilège, alors avec le peu de notions musicales que j’avais, j’essayais tant bien que mal à composer, ou plutôt jammer, pour le plaisir de faire résonner des notes dans le creux de l’oreille des passants dans la rue.

J’ai fait ça durant presque 18 ans. J’ai fait quelques spectacles, mais je n’ai jamais vraiment pris ça au sérieux, jusqu’à il y a quatre ans en Gaspésie. Les gens semblaient apprécier fortement ma musique alors j’ai commencé à composer un peu plus sérieusement et donner plus de spectacles.

 

Qu’est-ce qui te motive à faire du folk acoustique en 2016

Le folk acoustique représente pour moi la douceur et me fait vibrer au max! J’ai un passé de jeunesse on ne peut plus lourd et j’écris un peu sous forme d’histoires, parfois poétiques, des prises de conscience qui m’ont aidé à devenir une meilleure personne. Je joue encore aujourd’hui, ça me fait du bien et je veux le partager aux gens.

 

As-tu une méthode de travail précise pour composer une chanson? Es-tu plus du genre méthodique ou le gars qui va pondre une toune d’un bout à l’autre?

Le plus souvent, je vais pondre une toune en une journée, mais il m’arrive parfois de reprendre de vieux textes et de les remodeler pour créer de nouvelles pièces.

Cette dernière approche m’a permis de créer quelques une de mes plus belles pièces à mon avis.

 

Ta page Soundcloud nous propose plusieurs de tes chansons autant en anglais qu’en français. Je suis curieux de connaitre ton approche en ce qui concerne les paroles.

J’écris en anglais parce que j’ai commencé à composer lorsque je vivais aux États-Unis. Je voulais que les gens comprennent ce que je raconte, mais aussi parce que j’aime la façon donc les mots coulent dans ma bouche et mes oreilles. Le folk traditionnel américain me plait beaucoup. Le français m’a fait peur longtemps. J’avais toujours l’impression de sonner quétaine, mais ça reste ma langue natale alors je m’y suis mis. Je me suis vite rendu compte que mes textes en français étaient beaucoup plus crus, très proches de moi. En spectacle, je me vide les tripes. C’est très franc et direct et c’est ma façon de véhiculer un message sans prétention : sois toi, sois qui tu es, et ne te caches pas. J’essaie de montrer l’exemple à ma façon avec des histoires vraies. Folk musique, la musique du peuple.

 

Qu’est-ce qui s’en vient pour toi d’ici la fin de l’année?

J’aimerais bien enregistrer un EP d’ici la fin de l’année. Je dois d’abord continuer à briser la glace et faire plus de spectacles, aller chercher un peu plus de confiance en moi. Je dois jouer, jouer et jouer, mais je prends mon temps, car la musique vient du cœur et je veux que ça reste ainsi.

Encore au niveau culte côté diffusion, on peut malgré tout trouver quelques tounes de Fred sur sa page Soundcloud personnelle.

À propos de l'auteur

Daniel Hains-Côté

Batteur du groupe Le Charme, artiste ambient-electro, et futur comptable. J'ai un respect infini pour les créateurs et encore plus pour ceux qui montent à Val-d'Or pour montrer ce qu'ils ont créé.