Programmation

Accueil // Événements // hors PANTOUM // au SOUS-SOL du CERCLE // Babylones + Medora
29 septembre 2015

Babylones + Medora

BABYLONES
/////////////////////////////////////////////////////////

Babylones c’est de la pop angoissante. Ex-membres du groupe rock progressif Erewhon (2006-2012), Benoît Philie (voix et guitare) et Charles Blondeau (batterie et voix), fondateurs et auteurs-compositeurs de la formation, composent des chansons et se produisent sur scène ensemble depuis presque 10 ans. Depuis plus d’un an, ils sont entourés de Mathieu Edward (basse), Benoît Parent (claviers et guitares) et George Donoso III (guitares, réalisation).

Débarqué sur la scène musicale québécoise en 2013 et remarqué lors de son passage aux Francouvertes et à Coup de Coeur Francophone, le groupe a depuis joué un peu partout entre Montréal et Toronto aux côtés de Patrick Watson, Yann Perreau, The Seasons, Jacquemort et Forêt.

C’est au printemps 2014 que Babylones sort son premier EP éponyme, financé par Musicaction.

Les guitares sont « distortionnées » et mordantes, la basse est lourde, les ambiances sont enivrantes et dangereusement sensuelles, le synthé plane et la voix est douce et mystérieuse. La musique enrobe et on s’y perd — in a good way.

Les Montréalais de Babylones font dans l’épuré et la simplicité. D’une pièce à l’autre, on ressent l’émotion, vive, pure, intense… nocturne. De la réplique toute féminine d’une Grenadine lascive et détachée (« L’amour en Corée du Nord ») à l’écho d’un chanteur démissionnaire (« Jusqu’au bout »), on sent la passion. Et on ne peut s’empêcher de penser au Gainsbourg des années érotiques, laid, séducteur et impertinent.

Benoît Philie et Charles Blondeau se partagent la composition des textes et des mélodies, avec l’aide de Mathieu Edward et Benoît Parent. À la réalisation, George Donoso III (Sam Roberts, The Dears) a laissé sa marque, soufflant le brasier pour allumer un feu… que l’on n’entrevoit pas de paille.

MEDORA
/////////////////////////////////////////////////////////

Mélange savamment orchestré de pop audacieuse et de rock à la fois mélancolique et direct, le son de Medora est difficilement qualifiable avec précision, car il puise à la source de styles musicaux variés. La tension omniprésente dans les textes aux forts accents poétiques entre réalité et abstraction est toutefois transposable à la musique de notre quatuor de rock indépendant francophone, alors que les guitares anguleuses et en constante interaction se superposent aux grooves variées et terre-à-terre de la section rythmique.