Daily Pantoum

Accueil // Daily Pantoum // Critique musicale // Première écoute : Les Avalés – Jean-Denis vol. 1
03 Mar
2016

Première écoute : Les Avalés – Jean-Denis vol. 1

Par Daniel Hains-Côté // Critique musicale // Étiquettes : , , , , , ,

Les Avalés lancent leur nouvel album vendredi le 4 mars au Pantoum.

Les Avalés, vus de l’espace

Il fait froid chez nous. Il y a un mètre de neige dehors, suffisamment pour bloquer les deux petites fenêtres de mon sous-sol où se trouvent le bureau et l’ordi. Environnement immersif du pauvre. J’ai écouté le nouvel album des Avalés sans avoir aucune info dessus, même pas le titre des tounes! [Je les ai obtenues depuis] Cette critique ira donc à l’essentiel, au viscéral, à la découpe du remblai de neige de quatre pieds sur Charest Ouest où on aperçoit un sac de vidange captif en son coeur.

Les gars définissent leur musique sur les réseaux sociaux comme «post-quelquechose». J’aurais tendance à croire que ça sert d’avertissement du genre «nous avons pris la liberté de ne rien censurer, que ça vous plaise ou non». Est-ce que «post» pourrait simplement vouloir dire prendre son temps, pris dans un contexte musical? Il y a des trucs audacieux sur ce Jean-Denis vol. 1 : de la flûte sur plusieurs tounes, des structures complexes, pas mal de [vrai] Fender Rhodes, des moments de guit crunchy qui me rappellent King Crimson sur Thrak et des ambiances planantes bien travaillées. Par moment, on peut même entendre les futurs fantômes d’Harmonium. Les voix psychédéliques sont efficaces. Trois des huit chansons dépassent les sept minutes, ce qui me laisse présager que les gars des Avalés créent leur musique ensemble pour les bonnes raisons. Notre homie Simon Paradis a sincèrement dû tripper à mixer ça! Malgré toutes les références implicites aux années 70 dans ce paragraphe, l’album est loin du pastiche d’une époque. Le lien réside vraiment plus dans la liberté et la souplesse de la forme des tounes : du beau travail.

En bref, Jean-Denis vol. 1 [quel titre quand même!] est un bel album qui mérite qu’on s’y attarde dans un environnement calme, pour se faire plaisir. Me semble qu’une fin de soirée sur un futon avec des plantes vertes en décor pis une broue ça le ferait d’aplomb…

À propos de l'auteur

Daniel Hains-Côté

Batteur du groupe Le Charme, artiste ambient-electro, et futur comptable. J'ai un respect infini pour les créateurs et encore plus pour ceux qui montent à Val-d'Or pour montrer ce qu'ils ont créé.